Reflexions

Bilan de mes 2 ans en Chine sans retour en France

Et oui mes Jiaozi, aujourd’hui ça fait 2 ans que je vis ici en Chine et 2 ans que je ne suis pas retournée en France ne serait-ce qu’une seule fois. Et je pense qu’il est important d’ajouter ce petit détail pour vous faire le bilan de mes deux ans, même très important.

Contrairement au bilan de ma première année, cette deuxième année était loin d’être idyllique ! Oui je ne vous mens pas cette deuxième année fut compliquée et malgré les nombreuses villes que j’ai pu visité et adoré à proximité de Shanghai je n’ai pas savouré mon année. Elle fut même pénible ! Autant la première année la France ne me manquait pas du tout autant la deuxième j’avais le mal du pays ! 

J’ai essayé de palier ce manque en allant voir d’autres pays tel que la Corée et le Japon, qui ont été deux sublimes voyages que j’ai adoré et que je ne regrette absolument pas, mais ce n’est pas la maison. Ce n’est pas ma France ni mon Marseille. Le jour où l’on devient expat, les raisons du départ sont plutôt claires : Vivre une meilleure vie. Quand je suis partie de France je savais clairement ce que j’aimais pas chez notre Hexagone et les raisons pour lesquelles je partais. Je me souviens de ces paroles « Allez ciao la France tu m’as gonflé ! » lancé dans l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. Le souci c’est que maintenant je ne m’en souviens plus du pourquoi elle m’avait tant gonflé. Ou du moins les choses que je déteste en Chine sont tellement plus fortes que ça a effacé la question « Pourquoi je suis partie de chez moi » et ses réponses pour se transformer en une nouvelle question qui est « Pourquoi je reste ici ? ». J’en ai fini par détester mon expatriation et la société dans laquelle je me trouve ici en Chine car non je n’ai d’expat que le nom et non la vie. Non je ne travaille pas pour une compagnie étrangère, non je n’ai pas eu de transfert dans mon ancien travail en France pour venir en Chine et non je ne gagne pas un salaire me permettant de bruncher ou prendre des apéro tous les soirs. Je vis comme une Chinoise, je travaille pour une compagnie Chinoise avec des Chinois et chaque jour je dois composer mon caractère avec la pensée Chinoise car ce n’est pas moi le « manager » et ma vision Occidentale des choses tout le monde s’en tape. J’adore toujours autant la Chine, ne vous mettez pas à croire que je deviens cette Occidentale aigrie qui insulte chaque concitoyen Chinois qui passe devant moi et qui se prend pour une « race » supérieure NON, mais il a aussi des mauvais côtés l’Empire du Milieu. Des mauvais côtés qui peuvent parfois être très pesants quand on a un écart aussi grand concernant les modes de pensées. Même si nous, Occidentaux, sommes attirés par les moeurs et les visions Chinoises et que la Chine se modernise un peu plus chaque jour, un grand fossé nous sépare et ce fossé ne se comblera pas demain. Il sera sûrement moins large mais ne se comblera jamais. Et parfois ce fossé est très dur à vivre. 

Non c’est vrai je ne suis pas aussi optimiste que lors de mon premier bilan. Tout n’est pas caramel, bonbons et chocolats mais je pense qu’il est vraiment important de vous dire ce que je ressens. Non ce n’est pas une chance de vivre à l’étranger, c’est un choix. Un choix de chaque instant et un choix qui peut-être lourd de conséquences. Oui je vis à l’étranger et j’enrichis mon esprit ainsi que mon coeur, oui tous les jours est un jour de découvertes et d’apprentissage mais il y a d’autres choses aussi dont vous ne vous rendez pas compte via mes articles. Des choses dont je ne vous ai jamais fait part. J’ai du temps en moins pour ma grand-mère que j’aime tant et elle est pas éternelle; je ne vois ni mon petit frère (16 ans), ni ma petite soeur (14 ans), ni ma filleule (11 ans) grandir; j’ai raté la première grossesse de ma cousine et l’arrivée d’une nouvelle génération dans ma famille; je ne peux pas porter de fleurs sur la tombe à mes grands-pères et celle de mon oncle et d’autres choix encore. Ce genre de choix qui me sont très chers et auxquelles je pense jour après jour. 

Je pense dans mon cas, chaque cas est différent, que c’était une grosse erreur pour moi d’attendre le point de rupture et de ne pas être revenue avant. Comme je l’ai dit j’ai fini par oublier pourquoi je suis partie et maintenant je me demande pourquoi je ne reviens pas alors que si j’étais rentrée ne serait-ce qu’un peu j’aurai pu voir à nouveau tout ce que je n’aimais pas et repartir l’esprit serein. Prendre une bonne bouffée d’air frais, une bonne grosse part de la nourriture de ma mamie, une bonne dose d’amour et puis repartir dans cette magnifique Chine profiter de cette chance que j’ai de pouvoir vivre mon rêve d’ailleurs et d’aventures. 

Cette année, j’ai fait une erreur.

0 comments on “Bilan de mes 2 ans en Chine sans retour en France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :