Editions Picquier Littérature chinoise Livre

Une Jeunesse Chinoise de Chen Kaige

Vous l’aurez remarqué j’ai délaissé les histoires dynastiques qui me plaisent tant pour m’intéresser à une autre partie de l’Histoire Chinoise qui est elle beaucoup plus récente : La Révolution Culturelle. Je me répète sans doute mais cette période de l’histoire n’est pas mon sujet de prédilection, alors tous les avis que j’ai ne sont pas plus poussés que ça car je n’y suis que très peu « intéressée » dans le sens où il est dur pour moi de m’en faire une idée juste. 

Aujourd’hui on repart encore sur un livre de témoignage, comme pour « Mémoires de Chine », mais cette fois-ci sur le récit de quelqu’un de très célèbre : Chen Kaige. Peut-être que cela ne vous dit rien comme cela, mais si je vous dis « Adieu ma Concubine » les plus cinéphiles et les plus sinophiles d’entre vous le reconnaîtront très certainement ! Chen Kaige fait partie de ce qu’on appelle « La 5ème génération de Cinéastes ». La 5e génération de cinéastes est la première génération de cinéastes qui apparaît après la Révolution Culturelle dans laquelle on trouve notamment le célèbre Zhang Yimou (Epouses et Concubines) et d’autres encore. 

Repartons sur Chen Kaige voulez-vous. Ce livre est une autobiographie où Chen Kaige qui revient sur sa jeunesse en pleine période de la Révolution Culturelle et du Grand Bond en avant. Son père était lui-même un cinéaste (qui avait fait partie du Guomindang) et sa mère une scénariste. Je ne vais pas rentrer dans les détails historiques ici car je ne suis vraiment pas à l’aise sur le sujet mais je vais juste vous dire que le Guomindang et le Parti Communiste de Mao était déjà ennemi à la base. Ils se sont alliés pour faire face aux envahisseurs Japonais puis une fois le problème Japonais réglé ils se sont de nouveau retrouvés ennemis. Je la fais très courte. Je vous dis ça car c’est primordial pour la suite. Et en rentrant au lycée, le mouvement des Gardes Rouges est arrivé et Chen Kaige voulait à tout prix en devenir un afin de faire partie du groupe. Au début il est refusé car son père avait fait partie du Guomindang et, à force de persuasion et d’apprendre le « Petit Livre Rouge » par cœur, il fini par y rentrer. Dans ce livre, on lit son parcours avant son entrée dans les Gardes Rouges, la Révolution Culturelle et les rééducations de « jeunes instruits » par le travail en les envoyant dans les campagnes pour travailler sang et eau et parfois même mourir là-bas. Beaucoup de moments sont marquants et le moment le plus marquant, celui pour lequel Chen Kaige essaye tant de faire rédemption, c’est le moment où il dénoncé son père en public et donc lui faisant subir l’humiliation et par la suite les pires subisses. Quelque chose que l’on arrive à comprendre dans « Adieu ma Concubine » après avoir lu ce livre. Comme je l’ai dit d’autres moments sont marquants mais il met tellement de recul quand il les raconte, sûrement le côté Chinois qui ne doit pas ses sentiments qui veut ça, qu’on a du mal a être véritablement touché. On y trouve également une grosse critique de la pensée Maoïste voire de Mao lui-même qui a apparemment « voulu faire des grandes études mais qui a été rejeté et donc il se venge de cela » ou « qui a juste cherché à avoir la gloire éternelle ». Encore une fois je n’émets aucun avis car je n’ai pas les connaissances nécessaires à ce sujet pour avoir un point de vue juste mais une chose est sûre c’était une époque plus que chaotique. Il faut savoir que c’est un livre qui a été censuré en Chine lors de sa sortie et qu’il a par la suite été tronqué. Celui des éditions Picquier est lui parfaitement entier. 

Donc en soi j’ai beaucoup aimé le livre car on voit tout le processus de cette période, de son arrivée à sa fin. La noirceur et le chaos que ça a apporté, l’histoire qu’ont vécu les Chinois…Mais le recul avec lequel tout est raconté, qui comme je le disais vient sûrement du sentiment Chinois de ne pas montrer ses émotions ou bien peut-être le fait de ne pas en avoir en étant Garde Rouge, font qu’on a du mal à être vraiment touché par ce qui est dit. C’est un livre que je suis contente d’avoir lu mais que je ne relirais pas. 

Vous pouvez le trouver dans les sites de revente si vous êtes intéressés, j’ai eu le mien pour 0.80cts sur Amazon.

0 comments on “Une Jeunesse Chinoise de Chen Kaige

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :