Couple interculturel Culture chinoise

Tu sais que tu es avec un Chinois de… #2

J’avais fait la première partie de cet article il y a maintenant 2 ans et je me suis dis que ce serait sympa de vous faire une deuxième partie. Après vous avoir fait découvrir le Shanxi, le Hunan et le Xinjiang je vous emmène découvrir de nouvelles provinces et donc de nouvelles moeurs !

Laura et son conjoint Mimou

Mimou, Chengdu (Sichuan)

  1. Le piment : Dans tous les plats, à presque tous les repas ! « Presque » car le petit-déjeuner est l’un des seuls repas « occidental » que nous mangeons, il se fait des tartines de confitures ! Pas de piment ! Sans piment, le plat « n’a pas de goût ». Même quand on mange une soupe, il faut forcément un petit bol de piment (….) pour pouvoir tremper la viande dedans avant de la manger avec le riz. Le pire c’est que j’ai pris l’habitude…
  2. La cuisine. Ce qui rejoint le point 1 : quand il cuisine, ces 3 ingrédients sont obligatoires : le doubanjiang (sauce de soja pimentée), le poivre du Sichuan (….) et des piments séchés (Gan La Jiao).
  3. Le mahjong Sichuanais. En tant que Sichuanais, il m’a bien évidemment initiée au Mahjong Sichuanais. Ce jeu rythme la journée des Sichuanais. C’était inconcevable que je ne sache pas jouer ! Il sont encore trop rapides pour moi !
  4. La fondue. Lorsqu’on est en Chine et que l’on sort manger : on mange forcément une fondue ! L’avantage dans le Sichuan, c’est qu’on peut varier les goûts et les plaisirs avec des restaurants spécialisés comme par exemple la fondue de lapin, de grenouilles, de poisson etc…
  5. L’accent. Mimou parle le Chuanpu qui est le mandarin avec l’accent du Sichuan. Il ne fait pas la différence entre les sons « shi » et « si ». Le 4 « si » se transforme facilement en 10 « shi » !
  6. Le Panda. Trésor national chinoise et emblème du Sichuan ! Le premier cadeau qu’il m’a offert fût bien évidemment une peluche Panda !

Concernant le Mahjong : Ce qu’il faut savoir c’est que malgré que ce soit un jeu commun le Mahjong, Majiang en Chinois, se joue différemment selon les provinces. La manière que m’a apprise Panda ne sera probablement pas la même manière que Mimou aura appris à Laura qui ne sera probablement pas la même que quelqu’un venant d’une autre province. Cela prouve l’une des différences de la Chine alors que l’on reste dans le même pays.

Leiya et Chao

Chao, Nanjing (Jiangsu)

  1. Tu ne comprends rien aux conversations familiales. La première fois que j’ai entendu Chao discuter avec ses parents au téléphone, j’ai été très étonnée d’entendre son accent de Nanjing qu’il n’a pas lorsqu’il parle avec moi ou à d’autres Chinois non-Nankinois. J’ai tout d’abord cru que l’accent de Nanjing était identique à l’accent taïwanais : des « tsi » au lieu des « chi », de nombreuses onomatopées en fin de phrase dont les provinces du nord aiment (gentiment) se moquer du type « dui ya ! », « bu yao la! »… mais que nenni ! Monsieur me reprend souvent sur mon accent taïwanais hérité de mon année d’échange à Taipei. Heureusement pour moi (ou malheureusement pour l’héritage culturel qui se perd de génération en génération), Chao ne parle presque pas le dialecte de Nanjing. Je dois néanmoins bien m’accrocher lorsque sa mère parle mandarin pour comprendre !
  2. Le retour en Chine passe par l’incontournable marathon culinaire de ses plats préférés. Tout d’abord le canard laqué de Nanjing, attention ne jamais dire à un Nanjingren que le canard laqué vient de Pékin ! J’ai failli faire cette erreur lors de ma première rencontre avec mes futurs beaux-parents, à mes risques et périls *je plaisante*. Puis la soupe de vermicelles au sang de canard : pour les personnes qui n’aiment pas le boudin, ne partez pas en courant, le goût et bien plus doux et n’a rien à voir ! Et enfin les Guotie (Raviolis grillés à la poêle), une des spécialités de Nanjing.
  3. Il voue un amour inconditionnel pour les émissions de Jiangsu TV : Comme vous le savez, chaque province chinoise a sa propre chaine de télévision et ses propres émissions. La chaine TV du Jiangsu est connue poour ses jeux télévisés de dationg, notamment ceux du célèbre animateur Meng Fei « Feichang Wurao » et « Xin Xiangqin Shidai ». Nous ne sommes pas fiers de l’avouer mais ces émissions nous ont sauvé notre confinement !
  4. Tu apprends l’histoire de ta belle-famille, tiraillée entre Taïwan et le continent. L’arrière grand-père maternel de Chao était officiel au sein des ressources humaine du Guomindang (parti politique de Chang Kai-Shek) pendant la guerre civile chinoise, dont la capitale était Nanjing. Une partie de sa famille a fuit à Taïwan tandis que son fils (le grand-père de Chao) a décidé de rester sur le continent a décidé de rester sur le continent aux côtés de ses parents. S’en suivi les conséquences de cette décision : il fut dépouillé de l’intégralité de ses biens et envoyé à la campagne avec sa femme et ses enfants pour vivre dans la misère, renié de tous. Tout comme la ville de Nanjing qui a été dépossédée de nombres de ses bâtiments historiques suite à la guerre. La mère de Chao a vu sa santé se fragilisé, dû aux stigmates de cette dure période. Par amour pour lui et sa famille j’aimerais réellement, dans un avenir proche, pouvoir les réunir avec la partie de la famille vivant à Taïwan avec qui ils ont perdus contact au fil des années. C’est une période de l’histoire de Chine que j’avais étudié au cours de ma licence mais qui semblait lointaine et abstraite dans mon esprit. Cette histoire familiale m’a fait réalisé à quel point la guerre civile a impacté ces trois générations et que cette période est encore très vive dans les mémoires.

Pour ce qui est de l’emission « Feichang Wurao », j’adorais cette émission. Le but était qu’un homme se retrouvait face à une vingtaine de jeunes filles qu’il devait charmer grâce une présentation vidéo. Sachez que pour ceux qui regardaient cette émission, c’est que du faux ! Une amie chinoise m’a dit qu’un de ses amis avait participé à l’émission sauf qu’il était gay et que du coup il avait fini avec une fille qui était elle aussi gay. J’ai été très déçue car j’aurais espéré que ce soit vrai !
Pour ce qui est des affaires du Guomindang malheureusement ça a fait beaucoup de dégâts dans les familles. Le père de Laolao (la grand-mère maternel de Panda) faisait lui aussi partie du Guomintang et s’est enfuit à Taïwan. Quand Laolao a grandit elle a fait plusieurs voyages afin de le retrouver mais en vain. J’espère sincèrement que la famille de Chao pourra être réunie le plus tôt possible.

Bertille et Charles

Charles, Wuhan (Hubei)

  1. Le Hubei est une province très connue pour ses grands lacs pleins de gros poissons d’eau douce, alors le poisson on en mange beaucoup ! On le sert entier sous diverses formes comme cuit à la vapeur ou en brochettes et attention aux arêtes. Je me demande toujours comment ils font pour les engloutir les bouchées si vite sans en gober une.
  2. Du fait de sa position centrale, dans le Hubei on est riz et nouilles ! La spécialité de Wuhan c’est d’ailleurs les nouilles Re Gan Mian (nouilles chaudes et sèches si on traduit en français). Elles sont servies chaudes et sans bouillon. C’est le petit-déjeuner local que l’on mange très rapidement et plutôt bruyamment.
  3. Le Hubei a de forts liens avec la France dû aux anciennes concessions françaises et les entreprises françaises continuent d’y ouvrir leurs filiales chinoises. Il y a donc pas mal d’étudiants qui apprennent le français au lycée et à l’université. Ils connaissent déjà beaucoup de choses sur la France et ils sont super curieux.
  4. Les habitants du Hubei sont connus pour leur dynamisme et leur bonne humeur. C’est une province où l’on rigole et parle très fort. Si l’on va au restaurant avec ses anciens camarades de lycée le niveau sonore grimpe très vite !
  5. Un de mes plus grands traumatisme (n’ayons pas peur des mots !) c’est l’absence de chauffage dans les maisons en hiver. Le Hubei a un climat assez froid en hiver alors il fait rarement plus de 10 degrés dans les maisons. Quand les parents de Charles sont à Paris en hiver ils éteignent le chauffage et vivent en manteaux et bonnets dans la maison. Petite comparaison en été il y a la clim et ça aide à supporter la chaleur et l’humidité.

4 comments on “Tu sais que tu es avec un Chinois de… #2

  1. haha, ça tourne toujours autour de la nourriture avec la Chine!

    J'aime

  2. Laurie Callewaert

    Toujours très intéressant de découvrir ce pays de différentes façons, et là notamment par province ☺️🙏🏼🧡

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :